UA-68817146-1

21 octobre 2008

EUROCCASION MANQUÉE

108euro.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Il suffit de voir comment ils ont adopté l’euro pour s’en convaincre. En France et dans la plupart des pays de la « zone euro », la décision de passer à l’euro a été prise de façon autoritaire et imposée à des peuples pas vraiment consultés auparavant. D’où bon nombre de réticences, de malentendus et de ressentiments autour de cet euro, d’autant que les commerçants ont profité de l’occasion et de la confusion collective dans la perception des prix pour gonfler de façon assez dramatique leurs tickets de caisse.

Les Suisses, qui ont conservé leur légendaire franc suisse, ont été beaucoup plus malins. Ils sont passés à l’euro sans le dire, ni à leurs gouvernants, ni à leurs voisins. Et même sans se l’avouer à eux-mêmes. Là où ils auraient résisté à une décision fédérale entachée d’arbitraire [j'ai remarqué que les débats politiques étaient assez vifs sur les rives du lac], Les citoyens hévétiques ont librement opté pour un subtil bi-monétarisme.

Partout dans Genève, et pratiquement dans toute la Suisse romande, il m’arrive de payer en euros, uniquement en billets, et on me rend la monnaie en francs suisses. Le taux de change est parfois défavorable, mais il est la plupart du temps plus qu’honnête, par exemple à la Migros. Les deux monnaies coexistent ainsi sans problème et la plupart des détaillants ont une double comptabilité, de même que tous les frontaliers ont une poche pour leur monnaie suisse et une pour leur monnaie française. L’euro s’est librement imposé comme une seconde devise, sans que les autorités s’en mêlent, en particulier dans les relations économiques : toute entreprise suisse commerçant un tant soit peu avec un pays limitrophe de la zone euro a son compte en euros. Le passage a l'euro a été naturel.

Voilà un bel exemple de cette subsidiarité dont je notais récemment qu’elle imprégnait le pragmatisme auto-responsabilisant des Genevois [blog GRV « Libération anticipée » du 20 octobre].

Imaginons que le gouvernement français ait décidé, en 2002, de créer un euro optionnel, chacun ayant le choix de continuer ses paiements en francs ou en euros. Au lieu de nous rançonner en faisant valser les étiquettes, les commerçants et les entreprises auraient mis en place une double caisse et la meilleure des deux devises l’aurait emporté. On peut rester sûr que l’euro aurait eu toutes les chances de triompher du franc français, mais la transition se serait opérée en douceur, naturellement, par le libre consentement des citoyens

On ne peut plus aujourd'hui gouverner par le « fait du prince », comme on le pense encore trop souvent dans les vieux Etats-nations de notre continent. Plus l’autorité se raidit, plus les citoyens prennent de la distance pour entrer en dissidence. Plus les interventions bureaucratiques prolifèrent, plus les effets pervers se multiplient. Plus on décide à la place d’un peuple, plus ce peuple s’empresse de disqualifier ces décideurs. C’est à Genève qu’ont été posés un certain nombre des principes qui garantissent la liberté de penser et de se gouverner. Au quotidien, qu’il s’agisse d’euro ou de tabac, on peut vérifier que ces réflexes ont résisté à cinq siècles de normalisation. Les espaces à décoloniser des tyrannies contemporaines restent cependant démesurés…

C’est pour ça que les Genevois sont formidables !

20 octobre 2008

LIBÉRATION ANTICIPÉE

bureaucratie.jpg[Ceci n'est pas un commentaire de la votation du week-end. Quoique, à bien y réfléchir...]

Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Sans le vouloir, ils ont inventé un style d’auto-gouvernance citoyenne, dont le dossier de l’interdiction de fumer dans les lieux publics est un bon exemple.

Modèle classique de l’autoritarisme bureaucratique : élaboration d’un projet de loi au nom de l’« intérêt général », faible concertation avec les parties intéressées, édiction et application unilatérale d’un nouveau règlement, gestion hasardeuse des remous dans l’opinion publique, répression des contrevenants et répliques immédiate de la société civile (terrasses chauffées, clubs privés, etc.). Bref, un cran de plus dans l’hypersurveillance sécuritaire d’une société de plus en plus normée et enrégimentée au nom de considérations hygiénistes (tabac, alcool, obésité, sexualité, vitesse, etc.).

Malheureusement pour les petits seigneurs des bureaucraties occidentales, nous vivons dans un Etat de droit et toute loi hâtivement bricolée se heurte au juridisme implacable des textes fondamentaux. L’interdiction de fumer se voit désormais frappée d’illégalité, et donc interdite. Retour à la case départ pour les stratèges de l’autoritarisme étatique, qui s’empressent de rebricoler à la hâte un nouveau texte.

Pendant ce temps, la société civile s’organise. Dans les bistrots, la liberté reste la règle : ici, on fume ; là, on préfère s’abstenir. Décision du patron et des clients, et d'eux seuls. Certains changent de comptoir et arbitrent souverainement entre tel et tel établissement. Les citoyens ont le choix et décident eux-mêmes – apparemment sans émeutes, ni « troubles à l’ordre public » – de l’oxygénation ou de l'empoisonnement de leur sang.

Conscients des dangers du tabac [ne pas confondre information et répression], les citoyens sont assez adultes pour décider un jour d’être en compartiment fumeurs, et un autre jour en salle non-fumeurs. Chacun accepte la norme spontanément établie au sein de chaque établissement, sans rigidités administratives. C’est un problème personnel, pas celui des technocrates de la santé et des dictateurs du bien-être à tout prix.

Et tout a l’air de bien se passer : l’atmosphère est devenue beaucoup plus respirable dans les bars et les restaurants. Comme rien n’est plus vraiment interdit, mais que tout n’est pas non plus permis, les tenanciers en profitent pour améliorer l’aspiration et rendre leur établissement plus supportables pour les non-fumeurs. On se reprend à apprécier l’arôme délicat d’un cigare là où on devait subir l’écoeurante tabagie des « clopes » ou, récemment encore la puanteur des transpirations dans les boîtes de nuit sans fumée…

Pour ce qui est de fumer devant sa tasse de café, pourquoi ne pas en rester à cette absence salutaire de contrainte législative ? Moins de réglementation abusive, plus d’efficacité, sans les classiques effets pervers de toute tentative administrée d’organiser par la contrainte le chaos social : on fume beaucoup moins et les citoyens autogèrent leur ventilation pulmonaire dans une brillante démonstration de subsidiarité.

C’est pour ça que les Genevois sont formidables !

 

On pourrait trouver d’autres exemples de auto-gouvernance pragmatique et de subsidiarité dans la façon dont les Suisses – qui n’y étaient pas du tout obligés – ont mieux résolu que les Français la question du passage à l’euro. Nous y reviendrons.