UA-68817146-1

19 octobre 2008

POUDRE AU JE

2025.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Ils ne sont plus les mêmes quand ils ont une ligne de mire devant les yeux. J’ai eu l’occasion de pratiquer un des sports nationaux dont les Suisses n’avouent pas aisément la pratique – laquelle n’est pas très « politiquement correcte » aux yeux des autres Européens. J’étais invité hier dans un stand de tir en plein air, avec d’honorables grenadiers, fusiliers, gunmen, pistoleros et autres accros helvétiques de l’arme à feu.

En soi, le décor était singulier pour un Français qui ne peut tirer, en France, que dans le cadre de lieux soigneusement clos et de réglementations rendues plus sévères et contraignantes d’année en année. Nous étions à ciel ouvert, dans une carrière en exploitation, c’est-à-dire face à des monticules de terre qui garantissaient la sécurité des voisins [mais sans doute pas la tranquilité sonore qu’on peut attendre d’un délicieux week-end ensoleillé d’arrière-saison : cette tolérance pour la fusillade est aussi un trait marquant de la culture suisse].

Les tireurs sont arrivés dès le début de l’après-midi, avec de longues valises souples à la main. Pas de criblage sociologique précis : des jeunes et des vieux, des bourgeois et des prolétaires, des seigneurs et des gueux, des jeans et des treillis militaires, des Ray-Ban et des cheveux blancs, des grands secs et des buveurs de bière bedonnants, mais évidemment presque tous des hommes, à une ou deux accompagnantes près [il y a des liturgies qui se pratiquent mieux sans les dames]. Un curieux mélange de para-militaires et de joyeux drilles, malicieux comme savent l’être les Romands, mais très appliqués à vider en quelques dizaines de minutes et avec le sourire leur impressionnant stock de munitions.

Le moins qu’on puisse dire est qu’ils étaient tous lourdement armés : un minimum de deux armes de poing par personne (une sur la cuisse, une à la ceinture ou dans un holster d’épaule), des fusils de guerre plus ou moins réglementaires et historiques, des versions « civiles » de fusils d’assaut contemporains (y compris celles des commandos de l’armée suisse), des riot guns à pompe et d’autres raretés singulières, comme un pistolet-mitrailleur de fabrication artisanale croate, souvenir des guerres de Yougoslavie.

A peine posées sur leurs chevalets, les cibles étaient copieusement arrosées par une rangée de tireurs enragés, surveillés de très près – mais sans caporalisme – par un débonnaire chef de stand, qui corrigeait la position de l’un et donnait des instructions techniques à un autre. Chaque jour, on doit brûler moins de cartouches dans toute l'Afghanistan ! Tous les calibres sont bons, surtout les plus détonnants : les armes de la Seconde Guerre mondiale réveillent de puissants échos dans la campagne...

C’est là – entre autres, mais pas exclusivement – qu’on voit se dessiner l’âme d’un peuple. Croisés dans la rue, ces farouches videurs de chargeurs n’auraient pas attiré l’attention. Là, dans cette carrière, l’arme au poing, ils se révèlent citoyens libres, autonomes, maîtres de leur personne et apparemment déterminés à défendre leurs biens et leurs valeurs. S’il y a des tels tireurs derrière chaque buisson, je comprends que la Suisse soit restée inviolée depuis tant de siècles : même Hitler a eu peur de ces bourgeois bonnasses et ventripotents, mais dotés d’une impressionnante artillerie personnelle !

Armes à feu qui circulent et qu'on s'échange libéralement, munitions en abondance, passionnés de tir regroupés librement l’espace d’un week-end de plaisirs à partager, défoulement évident dans les milliers de cartouches grillées sans ménagement, pour la précision du tir ou pour le simple bonheur d’« arroser » en faisant beaucoup de bruit et de fumée… C’est très étonnant pour un Français, né dans un pays où la République interdit toute possession d’armes à feu à ses citoyens et assimile leur possession à une possible tentative de coup d’Etat : les collectionneurs y sont traqués et même les tireurs sportifs sont dissuadés par une bureaucratie tatillonne.

« Le pouvoir est au bout du fusil », répétait volontiers le fameux Che Guevara. C’est encore plus vrai en Suisse, où faire parler la poudre est peut-être un excellent moyen de souder une communauté des citoyens. Je connais l'histoire de Guillaume Tell. On m’a raconté les anciens concours de tir, véritables fêtes populaires dans les villes et les villages. Je devine, dans cette pratique et dans les plaisanteries d’après-tir, autour d’une bonne bière, dans le soleil couchant de cet été indien, l’attachement viscéral d’un peuple à un droit élémentaire des anciens Européens : celui de posséder et de porter une arme, symbole de liberté personnelle, de rigueur morale et de solidarité collective. Bien sûr, il y a un peu d'égocentrisme dans cette capacité à déclencher la foudre, la violence et la mort d'un coup de doigt : c'est la règle du je, mais je sens beaucoup de pacifiques pulsions dans cette passion.

Les armes se sont tues et la carrière revient à son silence minéral. Ramassage des étuis des munitions tirées. On brûle les cibles percées d'une dentelle de trous dans un vieux baril d’essence. Sans la moindre ostentation, les fusils d’assaut sont ensuite remballés et les revolvers rengainés. Retour à la voiture, aux embouteillages et à la vraie vie. Fin de la parenthèse guerrière, mais tout le monde se sent un peu plus léger…

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.