UA-68817146-1

18 octobre 2008

POST TENEBRAS CANTHARELLUS

arme-geneve.gifCes Genevois ne cessent de m’épater.

Vue de l’extérieur, pour un Français, et sans le moins du monde prendre parti, l’élection de la Constituante genevoise de ce week-end est assez surprenante. D’abord par le fait qu’elle passionne fortement une infime minorité de Genevois, mais qu’une grande majorité semble totalement indifférente tant aux enjeux qu’à la mobilisation qui agite le microcosme politique. On doit même constater que l’élection américaine provoque plus de commentaires (« McCain est-il bon, Obama est-il noir, Palin est-elle folle, etc. ? ») et de prises de position que le débat citoyen purement genevois.

Ensuite, je dois avouer que pas un de mes amis genevois n’a pu clairement m’expliquer les pièces de ce puzzle politique complexe qu’est l’élection d’une Constituante, alors qu’il existe déjà un texte fondamental (certes ancien) et une Constitution fédérale. Pour me faire une idée approximative de la discussion en cours [et sachant qu’un des points du débat me concernera directement : je veux parler du droit de vote des étrangers au niveau cantonal], il a fallu que j’aille pêcher quelques informations où je pouvais. Pour un non-initié, impossible de comprendre ce dont parlaient les affiches électorales, souvent très intelligentes sur le plan graphique, mais totalement absconses dans leur rhétorique citoyenne.

D’autant plus fouillis qu’ils étaient très fouillés, les nombreux blogs de la Tribune de Genève ne m’ont guère été d’un grand secours. Très utile et devenue centrale pour le débat politique, cette blogosphère votationnelle manque encore d’un minimum de clarté pédagogique. On s’y sent brutalement projeté au cœur de discussions dont personne ne prend plus la peine de nous expliquer, ne serait-ce que de temps en temps, les tenants et les aboutissants. Faute de recadrages périodiques des discussions, on glose à l’infini, quoique toujours avec profit, sur des détails d’un tout qui semble échapper aux Genevois de base. Malheur à celui qui rate un seul épisode de ce feuilleton quotidien : il est est largué dès le lendemain matin !

Je dois en conclure que le Genevois de base est très intelligent et que les citoyens de cette douce République genevoise n’ont pas besoin – comme nous, pauvres électeurs hexagonaux – de ces éclaircissements didactiques et de ces infographies de style école primaire qu’adorent nous servir les services officiels d’une République française une, indivisible, autoritaire et surplombante…

Enfin, et toujours du seul point de vue de la rue, cette floraison de panneaux électoraux est pour le moins surprenante : 18 listes aux dénominations et aux frontières politiques pas toujours explicites pour 527 candidats à la Constituante, c’est beaucoup pour un aussi petit Etat. D’autant qu’on peut (semble-t-il) panacher ! Le facteur rassurant reste le modeste niveau des dépenses en marketing électoral : on est très loin du tapage américain et à peu près au niveau d’une humble élection locale française. Abondance de biens ne nuit-elle pas ?

On déduira de cette ultra-motivation des uns une idée très positive de l’insolente santé démocratique manifestée lors de cette campagne pour une nouvelle Constitution, sujet difficile s'il en est. On corrigera cette impression par le taux de participation réel des autres à l'issue de ce week-end. En France, on parle des abstentionnistes comme du parti des pêcheurs à la ligne. Le choix n’étant pas simple face à un tel parterre d'ardents constituants, certains Genevois risquent, au petit matin, d’aller traquer les derniers champignons de l’été indien plutôt que la votation.  La sécession citoyenne comme nouveau droit dans la Constitution : Post Tenebras Cantharellus*...

C’est pour ça que les Genevois sont formidables !

 

* La chanterelle ou la girolle pour les profanes...