UA-68817146-1

27 septembre 2008

Autobus et coutumes


280px-Milouf-suisse.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Dans ce pays, les conscrits – pardon, les recrues en Suisse romande – traînent dans les transports publics avec leur fusil d’assaut, en tenue de combat. J’ose espérer qu’ils n’ont pas les cartouches du bon calibre avec eux, mais on m’assure que tout bon Genevois a son paquet de munitions réglementaires à la maison. Je découvre que mes copains de bureau sont non seulement des « grenadiers », mais aussi des « fusiliers d’élite » ! Je préfère ne pas imaginer ce qui se passerait en France si les « jeunes » déambulaient dans les gares de banlieue avec des armes automatiques : avez-vous remarqué que les patrouilles militaires qu’on voit circuler dans les gares françaises (plan anti-terrorisme) ont l’obligation d’enchaîner leurs armes de guerre à leur brelage [de peur qu’on ne les leur arrache] ? Ici, au contraire, ces jeunes gens se faufilent avec agilité dans les autobus et les trains, l’arme en bandoulière et les bottes plus ou moins cirées. Ils sont pressés de rejoindre leur fiancée ou leur maman, mais pas gênés par leur harnachement militaire. Je remarque qu’ils portent presque tous des noms allemands ou italiens, et non des patronymes romands comme on pourrait s’y attendre. Le melting pot citoyen est-il au bout de la culasse ?

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.