UA-68817146-1

19 octobre 2015

Pour la FIFA, il n’y en a plus qu’un : Jean-Claude Biver !

Pour présider la FIFA à la place de ceux qui n’ont pas pu, pas su ou pas voulu voir. Pour lui redonner de la crédibilité. Pour préserver le statut de la Suisse dans cette insitution, il faut un visionnaire familier du sérail sans être impliqué dans les intrigues de cette pétaudière : pourquoi pas Jean-Claude Biver.

Jean-Claude Biver, football, FIFA, horlogerie

Lire la suite

02 juin 2015

SOLAR IMPULSE : Pourquoi on peut avoir du mal à s’extasier devant la promotion d'une hypothétique aviation solaire

Générosité apparente de héros charismatiques, habillage scientifique d’un exploit personnel, défi culturel enraciné dans les plus anciens mythes de l’humanité : l’unanimité du mainstream médiatique est louable, mais toujours suspecte. Restons lucides...

Solar Impulse, Bertrand Piccard, aviation solaire

Lire la suite

09 juillet 2013

François Fillon poussé à la rébellion par une montre suisse

L'ex-Premier ministre français ne peut pas envoyer d'autre message de démarcation politique que le nom de sa montre suisse : il ne s'en prive pas...

François Fillon, UMP, montre suisse, Rebellion


Lire la suite

21 février 2013

Le procès dont la presse suisse ne parle pas...

Est-ce par une pudeur maladive qu'on épargne aux lecteurs cette affaire qui ne sent pas bon du tout ? Est-ce par prudence déontologique ? Est-ce parce que le Swatch Group est le principal annonceur de la presse écrite suisse, en particulier des magazines horlogers ?

Swatch Group, horlogerie, montre suisse, CWG scam, corruption, Inde


Lire la suite

17 août 2012

GENÈVE AIME-T-ELLE VRAIMENT SON LAC ?

images.jpeg

Les entraves bureaucratiques imposées à un des plus sympathiques projets nautiques de l’été (un téléwake tracté par câble) en disent long sur la vision non-lacustre des autorités...


 

Lire la suite

09 mai 2009

BIAIS MARIN

 

OKALYScouchersoleil.jpg

On se demande ce qui peut pousser les plus grands marins du monde à partir à l’abordage de la Nautique de Genève. Premiers assauts ce week-end avec le Grand Prix Corum : mais qu'est-ce qu'ils ont tous à vouloir tremper leur maillot dans le Léman ?

Lire la suite

27 octobre 2008

MARE NOSTRUM

1521142.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Ils ont certes les pieds sur terre, mais ils ne manquent pas d’aplomb sur les eaux. Une rapide détour par la Nautique de Genève, où on m’a raconté ce qui se passe actuellement autour de l’America’s Cup, m’a laissé perplexe.

Déjà, qu’un équipage sous pavillon helvétique s’empare de cette aiguière d’argent [à la fois filiforme et boursouflée, en tout cas sans le moindre charme esthétique] est, en soi, assez extravagant ! Surtout face à des adversaires néo-zélandais [là-bas, on sait naviguer avant de savoir marcher], américains, allemands, suédois, français, espagnols, italiens et autres grandes nations maritimes…

Je veux bien admettre que les Suisses sont aussi de grands marins. Je sais que les eaux et les vents du lac de Genève [nommé par ailleurs lac Léman, mais je n'ai pas encore compris où l’un commence et l’autre finit] sont assez subtils pour initier les régatiers à toutes les finesses de la voile . Je reconnais qu’Ernesto Bertarelli, le pacha d’Alinghi, a su recruter les meilleurs équipiers du moment. Reste que cette double consécration nautique (deux coupes !) est assez surprenante pour une nation dénuée de toute façade maritime.

C’est pourquoi je suis encore plus étonné par l’évolution des querelles juridiques autour de la prochaine America’s Cup. Voici Alinghi en guerre contre Oracle, contre Team New Zealand, contre les Espagnols, contre Louis Vuitton (qui organise du coup, à Auckland, une sorte de contre-America’s Cup en format XXS), contre à peu près tout le monde. Les attendus sont assez obscurs et portent sur des points de détail plutôt ésotériques, mais les juges tranchent désormais à la place des marins ! Voici un vainqueur [defender] suisse qui prend le risque de torpiller la plus ancienne épreuve sportive du monde, après un double triomphe inattendu. S'agirait-il vraiment de conserver ce « pichet » à la Nautique ! C’est à n’y plus rien comprendre...

N’importe quel autre peuple aurait été soulevé d’enthousiasme par ce trophée ramené pour la première fois depuis un siècle et demi en Europe et par deux fois déjà à la Nautique de Genève. J’imagine bien les Français [qui ne font en général que de la figuration dans cette Coupe de l’America], l’arrivée sur les Champs-Elysées, la réception à l’Elysée, la pluie de Légions d’honneur et la création d’un « grand projet national » autour de cette victoire. A Genève, on a préféré à la mobilisation populaire une célébration soft et sans ostentation [sauf pour des montres en nombreuses éditions limitées]. Un juridisme formel l’a emporté, faisant dériver l’épreuve vers la seule confrontation d’armateurs milliardaires qui vident devant les tribunaux une querelle d’égos née sur les bassins. « Marins d'eau douce », tonnerait le capitaine Hadock !

Après tout, pendant toute la belle saison, il y a assez de régates sur les eaux du lac pour assouvir n’importe quelle passion vélistique, assez de banques privées pour les financer et assez d’horlogers pour les doter en montres de luxe. Qui verrait la différence si le « broc » en argent n’était plus à la Nautique ?

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.

19 octobre 2008

POUDRE AU JE

2025.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Ils ne sont plus les mêmes quand ils ont une ligne de mire devant les yeux. J’ai eu l’occasion de pratiquer un des sports nationaux dont les Suisses n’avouent pas aisément la pratique – laquelle n’est pas très « politiquement correcte » aux yeux des autres Européens. J’étais invité hier dans un stand de tir en plein air, avec d’honorables grenadiers, fusiliers, gunmen, pistoleros et autres accros helvétiques de l’arme à feu.

En soi, le décor était singulier pour un Français qui ne peut tirer, en France, que dans le cadre de lieux soigneusement clos et de réglementations rendues plus sévères et contraignantes d’année en année. Nous étions à ciel ouvert, dans une carrière en exploitation, c’est-à-dire face à des monticules de terre qui garantissaient la sécurité des voisins [mais sans doute pas la tranquilité sonore qu’on peut attendre d’un délicieux week-end ensoleillé d’arrière-saison : cette tolérance pour la fusillade est aussi un trait marquant de la culture suisse].

Les tireurs sont arrivés dès le début de l’après-midi, avec de longues valises souples à la main. Pas de criblage sociologique précis : des jeunes et des vieux, des bourgeois et des prolétaires, des seigneurs et des gueux, des jeans et des treillis militaires, des Ray-Ban et des cheveux blancs, des grands secs et des buveurs de bière bedonnants, mais évidemment presque tous des hommes, à une ou deux accompagnantes près [il y a des liturgies qui se pratiquent mieux sans les dames]. Un curieux mélange de para-militaires et de joyeux drilles, malicieux comme savent l’être les Romands, mais très appliqués à vider en quelques dizaines de minutes et avec le sourire leur impressionnant stock de munitions.

Le moins qu’on puisse dire est qu’ils étaient tous lourdement armés : un minimum de deux armes de poing par personne (une sur la cuisse, une à la ceinture ou dans un holster d’épaule), des fusils de guerre plus ou moins réglementaires et historiques, des versions « civiles » de fusils d’assaut contemporains (y compris celles des commandos de l’armée suisse), des riot guns à pompe et d’autres raretés singulières, comme un pistolet-mitrailleur de fabrication artisanale croate, souvenir des guerres de Yougoslavie.

A peine posées sur leurs chevalets, les cibles étaient copieusement arrosées par une rangée de tireurs enragés, surveillés de très près – mais sans caporalisme – par un débonnaire chef de stand, qui corrigeait la position de l’un et donnait des instructions techniques à un autre. Chaque jour, on doit brûler moins de cartouches dans toute l'Afghanistan ! Tous les calibres sont bons, surtout les plus détonnants : les armes de la Seconde Guerre mondiale réveillent de puissants échos dans la campagne...

C’est là – entre autres, mais pas exclusivement – qu’on voit se dessiner l’âme d’un peuple. Croisés dans la rue, ces farouches videurs de chargeurs n’auraient pas attiré l’attention. Là, dans cette carrière, l’arme au poing, ils se révèlent citoyens libres, autonomes, maîtres de leur personne et apparemment déterminés à défendre leurs biens et leurs valeurs. S’il y a des tels tireurs derrière chaque buisson, je comprends que la Suisse soit restée inviolée depuis tant de siècles : même Hitler a eu peur de ces bourgeois bonnasses et ventripotents, mais dotés d’une impressionnante artillerie personnelle !

Armes à feu qui circulent et qu'on s'échange libéralement, munitions en abondance, passionnés de tir regroupés librement l’espace d’un week-end de plaisirs à partager, défoulement évident dans les milliers de cartouches grillées sans ménagement, pour la précision du tir ou pour le simple bonheur d’« arroser » en faisant beaucoup de bruit et de fumée… C’est très étonnant pour un Français, né dans un pays où la République interdit toute possession d’armes à feu à ses citoyens et assimile leur possession à une possible tentative de coup d’Etat : les collectionneurs y sont traqués et même les tireurs sportifs sont dissuadés par une bureaucratie tatillonne.

« Le pouvoir est au bout du fusil », répétait volontiers le fameux Che Guevara. C’est encore plus vrai en Suisse, où faire parler la poudre est peut-être un excellent moyen de souder une communauté des citoyens. Je connais l'histoire de Guillaume Tell. On m’a raconté les anciens concours de tir, véritables fêtes populaires dans les villes et les villages. Je devine, dans cette pratique et dans les plaisanteries d’après-tir, autour d’une bonne bière, dans le soleil couchant de cet été indien, l’attachement viscéral d’un peuple à un droit élémentaire des anciens Européens : celui de posséder et de porter une arme, symbole de liberté personnelle, de rigueur morale et de solidarité collective. Bien sûr, il y a un peu d'égocentrisme dans cette capacité à déclencher la foudre, la violence et la mort d'un coup de doigt : c'est la règle du je, mais je sens beaucoup de pacifiques pulsions dans cette passion.

Les armes se sont tues et la carrière revient à son silence minéral. Ramassage des étuis des munitions tirées. On brûle les cibles percées d'une dentelle de trous dans un vieux baril d’essence. Sans la moindre ostentation, les fusils d’assaut sont ensuite remballés et les revolvers rengainés. Retour à la voiture, aux embouteillages et à la vraie vie. Fin de la parenthèse guerrière, mais tout le monde se sent un peu plus léger…

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.