UA-68817146-1

25 novembre 2010

De plus en plus fou : même L'Aiguille d'Or du Grand Prix d'Horlogerie de Genève est « Made in China » !

Révélé recemment, le gag de la "montre chinoise" (très bas de gamme) offerte aux jurés du Grand Prix d'Horlogerie de Genève serait bénin, si les responsables de ce Grand Prix n'aggravaient maintenant leur cas : même l'Aiguille d'Or, le trophée qui se veut réservé au meilleur des meilleurs horlogers du monde, est "Made in China". Là, c'est la mascarade et on se paie vraiment notre tête... Au secours !

 

GPHGfinal.jpg
Avec les paillettes et les girls emplumées du final (on parle des danseuses), l'industrie chinoise
s'invite parmi les membres du jury à travers le trophée Made in China (au centre, sur son podium).
Les Chinois n'auraient pas rêvé mieux. Le Grand Prix l'a fait...

Lire la suite

22 novembre 2010

L'horlogerie suisse offre des montres Made in China aux jurés du Grand Prix de Genève

Défense de rire : pour le Grand Prix d'Horlogerie de Genève, on a offert aux membres du jury international une montre érotique Made in China ! Qui se moque de qui dans cette affaire ? Et qui cautionne ce genre de pitreries ?

 

GPHGmontre érotique.jpg

Lire la suite

04 juin 2010

TGV Genève-Paris : il nous faut des prises électriques !

 

 

 

TGV.jpg

RAPIDE, CHER ET À SEC DE BATTERIE ? Trois heures pour un Genève-Paris : on gagne 25 minutes. C'est formidable et ça concurrence directement l'avion en temps de transport porte à porte tout compris. Seul problème : la vétusté des voitures TGV ancien modèle, dénuées de prises électriques en première comme en seconde. Un peu d'électricité pendant trois heures : est-ce vraiment un luxe à l'âge des objets nomades et de la connexion permanente ?

Lire la suite

06 février 2010

La paresseuse bobo parade de Jacques Dutronc à l’Arena

Dutronc.jpg

Rythmes lourds pour le retour à Genève d’un Jacques Dutronc qui illustre à merveille les illusions, les vanités et les égoïsmes d’une génération de baby boomers toujours persuadée d’incarner la jeunesse du monde et son éternel printemps...

Lire la suite

14 janvier 2010

Simple question un peu naïve : A quand une solidarité du luxe horloger avec Haïti ?

 

 

Haiti2.jpg

Alors que s’ouvre à Genève une série de salons horlogers dégoulinants de luxe, de diamants, détiquettes superlatives et de milliards insolents, ne serait-il pas normal qu’une profession aussi soucieuse de respectabilité fasse un geste (ou plusieurs) de compassion à l’égard des sinistrés caraïbes ?

Lire la suite

13 octobre 2009

UN VRAI TRIBUN POPULISTE PEUT-IL PORTER DES FAUSSES MONTRES ?

StaufferMatin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eric Stauffer, vainqueur (avec le MCG) des récentes élections genevoises, parade avec une fausse Panerai au poignet : peut-on affirmer qu'on défend les emplois suisses et se rendre complice des contrefacteurs qui détruisent des emplois dans l'industrie horlogère ? Ceci n'est pas une prise de position politique, mais une simple question de bon sens et de logique : comment dit-on "faux et usage de faux" à Genève ?

Lire la suite

09 mai 2009

BIAIS MARIN

 

OKALYScouchersoleil.jpg

On se demande ce qui peut pousser les plus grands marins du monde à partir à l’abordage de la Nautique de Genève. Premiers assauts ce week-end avec le Grand Prix Corum : mais qu'est-ce qu'ils ont tous à vouloir tremper leur maillot dans le Léman ?

Lire la suite

02 mai 2009

APORCALYPSE

 

porc.1201512919.jpg

Plus un masque anti-grippe porcine dans les pharmacies genevoises et déjà un marché noir de médicaments anti-virus : qu’en aurait pensé Calvin ?

Lire la suite

28 avril 2009

MISE EN (BELLE)GARDE

ameriq3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ambiance des commissariats français – celle de la télé – n'a rien à voir avec celle des postes de police genevois...

Lire la suite

28 novembre 2008

BOUTE-EN-TRAIN

 lapin-en-retard.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout quand il leur arrive quelque chose d’inhabituel. Hier soir, accident sur une ligne des CFF, quelque part du côté d’Yverdon. Tout est bloqué à la hauteur de Neuchâtel et il faut passer par...

Lire la suite

26 novembre 2008

CHAUFFE, MARCEL !

 parasolchauffantGeneve.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout par l’esprit tâtillon qu’ils peuvent mettre dans les choses les plus élémentaires. Dans n’importe quelle rue de Genève, la moindre gargote, fût-elle la plus infâme, peut proposer à ses clients, en terrasse, ces « champignons » chauffants qui rôtissent...

Lire la suite

25 novembre 2008

LADIES FIRST

 SEXTOY151.x600.feature.invites.illios3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout les Genevoises, beaucoup plus coquines qu’on ne pourrait le penser en France. Parlons un peu de ces sex-toys dont les spécialistes genevois [si, si, c’est un métier à part entière !] nous affirment...

Lire la suite

24 novembre 2008

AMENDES SALÉES

interdiction de stationner.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout par leur formalisme administratif. De retour à Genève après un voyage professionnel, une « prune » ! En argot parisien, une contravention ou, plus joli, une contredanse. C’est Ma première en ville, c’est assez trivial et, à vrai dire, dans ce cas précis, parfaitement justifié... je n’avais qu’à perdre mes réflexes parisiens, qui font qu’on a là-bas plus de chances qu'ici de passer entre les gouttes.

 

Lire la suite

17 novembre 2008

SI J’AVAIS UN MARTEAU...

 730.jpg

Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout quand ils s’emballent, l’espace d’un week-end, pour des ventes aux enchères de bijoux, de vins, de meubles et de montres tous plus désirables les uns que les autres. Quelle avalanche de merveilles ces temps-ci pour les candidats à une adjudication ou même pour les simples curieux ! Il faudrait pouvoir passer ses jours et ses nuits dans les palaces des bords du lac pour admirer tous les lots en exposition et suivre tous les lots, par goût ou par simple curiosité…

Lire la suite

14 novembre 2008

ANTE TENEBRAS LUXE

cent_face_PT_cuir_PRbig.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout quand ils se montrent plus impavides que les Londoniens sous les bombes du blitzkrieg ! Qu’on se le dise : ici, on n’a peur de rien, et surtout pas des crises. Dehors, la tempête boursière ratiboise les économies des épargnants et pulvérise les fonds de pension qui garantissaient les retraites. Avant-hier, le Crédit suisse expliquait aux banquiers genevois que l’horlogerie allait « plonger » en 2009. Hier, lors d’un forum de la Fondation de la Haute Horlogerie, de nombreux experts confirmaient le diagnostic et se préoccupaient d’une « mutation » des industries du temps.
Le soir venu, les élites horlogères genevoises n’en ont pas moins vaillamment fait face à l’adversité...

Lire la suite

13 novembre 2008

DÉCOTE DU RHÔNE

 geneve__zoom.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces Genevois ne cessent de m’épater.
Surtout quand ils s’acharnent à gâcher les atouts naturels dont ils disposent ! Prenons le cas de la fameuse rue du Rhône, qui est une des premières concentrations mondiales de boutiques de luxe, une sorte de Ginza (Tokyo) à l’échelle européenne, une avenue Montaigne qui serait taillée comme une rue du Faubourg Saint-Honoré (Paris), un via Montenapoleone (Milan) sans scooters pétaradants, une Madison Avenue (New York) sans les buildings, un Mall of Emirates (Dubai) à ciel ouvert…

Lire la suite

12 novembre 2008

COMMÉMORAS-LE-BOL

 on les aura.jpg

Ces Genevois ne cessent de m’épater.

Pour un Français, c’est étonnant de les voir travailler un 11 novembre, sacro-saint jour férié dans une République qui préfère allègrement sacrifier un lundi de Pentecôte plutôt que la commémoration « fériée » d’un armistice signé voici 90 ans [je n’écris pas nonante parce que cela ne m’est pas encore naturel].

Le contraste était frappant, hier, entre...

Lire la suite

11 novembre 2008

COTTAGE CAFÉ

theiere arare.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Chez eux, la bonne surprise est toujours au coin de la rue. De retour à Genève après une courte absence, je sors d’un rendez-vous du côté de l’hôtel Richemont quand je découvre, à la faveur de l’automne qui dénude les arbres, un chalet campagnard qui m’avait totalement échappé dans ce square des Alpes qui abrite le mausolée du duc de Brunswick.

En soi, ce monument est déjà un… monument de l'insolite urbain...

Lire la suite

05 novembre 2008

MACRO-ONDES

2771923676_fafb625872_o.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Surtout quand ils se mobilisent. On voit tout à coup circuler une énergie collective assez étonnante et on sent battre le cœur d’une très ancienne culture d’indépendance et de liberté d’expression. Ce sont peut-être des grands mots, mais – pour un œil extérieur – c’est assez remarquable dans l’affaire de la concession refusée à la radio genevoise One FM.

Je précise que je ne suis pas (encore) auditeur de cette radio privée, ayant beaucoup de mal à ne plus écouter les radios françaises, tant sur les ondes que par Internet. Je ne pensais d’ailleurs pas qu’il était aussi difficile de changer d’habitudes radiophoniques : on se fait plus au changement de presse quotidienne qu’à celui de la presse audiovisuelle. Donc, je n’ai pas le moindre parti-pris en faveur ou en défaveur de One FM.

Ce qui me frappe, c’est la flambée de solidarité autour de cette station, dont on m’assure qu’elle est, avec ses 100 000 auditeurs quotidiens, la première à Genève. Pourquoi pas ? Et je vois le président du Conseil d’Etat genevois, et le procureur général, et les mouvements politiques de tout bord [ou presque : apparemment, la gauche n’est pas au rendez-vous], et même les responsables des transports publics genevois se mobiliser pour clamer leur attachement à One FM.

C’est d’autant plus étonnant que la décision que le refus d’accorder une nouvelle concession à One FM émane d'un Office fédéral de la communication, dont l’autorité me semblait a priori supérieure à celle des décideurs genevois.

Les attendus politico-administratifs de cette décision m’ont paru assez burlesques, une porte-parole de l’Office en question expliquant en substance qu’un bon dossier administratif présenté par une radio sans audience valait largement un moins bon dossier proposé par une station leader régional : là, j’avoue, c’est très fort ! Berne attribue donc les fréquences sans tenir compte du taux d’écoute [gage objectif de pertinence socio-économique], mais sur la base d’obscurs critères bureaucratiques : un magnifique exemple de respect des « usagers »…

Je n’imagine pas, en France, un exécutif régional prendre fait et cause contre une décision de l’administration parisienne et partir en campagne, tous étendards déployés, contre l’exécutif central. Eh bien, en Suisse, ça se fait. Et, à Genève, ça passionne les élites au nom de principes démocratiques qui dépassent infiniment les seuls intérêts d’une station de radio, aussi écoutée soit-elle. Peut-être aussi au nom d'une exception culturelle genevoise et d'une autonomie dont on ressent la sourde revendication dans la plupart des domaines…

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.

04 novembre 2008

FAUSSE COLOGNOTE

ObelisqueAdor.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

En particulier pour leur aptitude à régler les situations conflictuelles. Pour un Français de France, les subtilités de l’histoire genevoise sont parfois obscures. En promenade sur les bords du lac, du côté de Port-Noir, je m’arrête un instant devant l’obélisque qui marque le « débarquement des Suisses sur cette rive » en 1814 [ci-dessus].

Ah bon, mais n’était-ce pas la Suisse auparavant ? Oui et non, m’affirme-t-on : c’était encore un peu la France, et même le défunt mais pas regretté « département du Léman », Genève n’étant plus alors qu’une commune française comme les autres. Cette annexion a pris fin avec l’entrée des troupes autrichiennes – les voleurs de canons ! – en 1813 et avec le fameux débarquement des Confédérés de Soleure et de Fribourg l’année suivante. Il s'agissait d'ancrer la République de Genève à la Confédération. D’où, sans doute, les... ancres de marine qui couronnent l'obélisque, monument à vrai dire assez discret pour un événement aussi marquant pour les patriotes suisses : n’est-ce pas une forme de modestie discriminatoire de la part de ces Genevois en quête d'une intemporelle singularité culturelle ?

Parfait, mais je découvre que cette opération Overlord à la sauce genevoise n’a pas eu lieu à l’emplacement de l’obélisque, mais à quelques centaines de mètres de là, plus au nord, du côté de la Nautique. Un peu comme si on avait, toutes proportions gardées, déplacé les plages du D-Day en Normandie vers les falaises du pays de Caux. D’autant que la Nautique n’est pas en territoire genevois, mais à Cologny. Ainsi donc, les farouches patriotes helvétiques n’auraient pas libéré en priorité Genève, mais Cologny [pas d'humour déplacé : Cologny n'était pas alors le bantoustan pour milliardaires que la commune est aujourd'hui !]

Nous avons ainsi une vérité historique [Cologny, et non Genève] qui ne se traduirait pas par une vérité topographique, ni même par un témoignage patriotico-tumulaire probant [Genève, et non Cologny]. Un intéressant décalage spatio-temporel ! Sauf que les Genevois et les Colognotes sont des petits malins : pour que l’obélisque reste définitivement en terre colognote [on ne révise pas l’histoire], même après la construction du port de la Nautique et le déplacement du monument, la ville de Genève a cédé à la ville de Cologny la poignée de mètres carrés où l’obélisque est à présent érigée. On se demande tout de même pourquoi la stèle commémorative de débarquement n'est pas restée à la Nautique...

Cette enclave extra-territoriale prouve en tout cas que les talents de négociateurs des Suisses ne sont pas usurpés. On comprend mieux qu’ils aient été les acteurs des grandes organisations internationales d’après la Première Guerre mondiale. C’est à l’hôtel des Bergues de Genève, en 1921, que s’est tenu le premier dîner de gala au cours duquel des Français, des Anglais et des Allemands ont officiellement accepté de partager le même repas, qui était présidé par Gustave Ador. Celui-là même qui a donné son nom au quai sur lequel se dresse l’obélisque du débarquement. Dans cette ville, tout se tient de génération en génération…

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.