UA-68817146-1

Un prix moyen de 340 000 francs pour les montres du GPHG 2019, est-ce décent et est-ce même intelligent ?

C’est en tout cas totalement dément, surtout pour un prix soutenu financièrement par la ville de Genève, dont les élus, présents à la soirée de remise des prix, n’ont pas bronché. Sans qu’on comprenne s’ils ne voulaient pas voir ou s’ils ne voulaient pas savoir…

GPHG, Grand Prix d'Horlogerie de Genève, prix moyen

Jeudi soir, au Théâtre du Léman, l’horlogerie romande fêtait le dix-neuvième Grand Prix d’Horlogerie de Genève (GPHG). Quatre-vingt-quatre montres étaient en compétition pour les dix-huit prix de l’année. C’était probablement la soirée la plus réussie depuis la fondation de ce GPHG, qui est reconnu d’utilité publique et qui appartient désormais aux autorités de la ville et de la République et Canton de Genève (le conseil de fondation est présidé par Raymond Loretan).

Aussi excellent soit-il, le palmarès 2019 laisse un léger goût de cendres dans la bouche. D’abord, mais ce n’est pas le plus gênant, parce qu’il n’a guère permis de distinguer que six marques genevoises pour les dix-huit prix distribués [soit un tiers du total], certains de ces prix étant partis chez nos voisins de Vaud, mais aussi en France, au Japon, en Allemagne et jusqu’en Malaisie, voire même à Monaco pour ce qui est du Prix spécial du jury. Ensuite, parce que le prix moyen de dix-huit montres récompensées est cette année de 340 000 francs suisses : oui, vous avez bien lu, 340 000 francs suisses, soit une augmentation de 30 % par rapport aux 260 000 CHF déjà très ahurissant de l’année 2018. Il n’y avait dans ce palmarès que… deux montres sous les 5 000 CHF, et trois de plus sous les 10 000 CHF, contre deux valant plus d’un million et six tarifées à six chiffres. Ce qui est totalement dément. Surtout quand on constate que le Prix « Audace », supposé récompenser une « approche non-conformiste et décalée » de l’horlogerie est attribué à un concept génial, la montre AMC de la maison Urwerk, affichée à 2 750 000 CHF (deux millions et sept cent cinquante mille francs suisses). Effectivement, c’est… audacieux !

Enfin, ce prix moyen aberrant, non content d’être indécent, n’envoie pas du tout un bon signal. Ni pour la population genevoise, déjà très sensibilisée aux dérives financières de sa classe politique – qui n’avait pas l’air, jeudi soir, de trouver choquante cette faute contre la décence commune que constitue le fait de soutenir et de récompenser des montres d’un prix moyen de 340 000 CHF : comme on dit vulgairement, il y a du « foutage de gueule » – surtout quand se dessinent dans l’industrie horlogère des plans sociaux qui vont détruire des centaines, voire des milliers d’emplois [le mouvement a déjà commencé chez les sous-traitants des grandes marques] ! Ce n’est pas non plus un bon signal pour la communauté horlogère romande, qui ne comprend pas comment un « Grand Prix » soutenu par Genève peut ne concerner que 1/30 000e de la production horlogère suisse et moins de 0,05 % des marques d’horlogerie actives dans le monde. C’est encore moins un bon signal pour le Swiss Made tel qu’il est considéré par la communauté mondiale des amateurs de montres, qui ne peuvent pas se reconnaître dans ce palmarès tellement élitiste et exclusif qu’il en devient ridicule – mais surtout malfaisant par le message délirant qu’il propage…

Pour le GPHG, ce n’est plus une crise de la représentativité, c’est une crise de la légitimité et de la respectabilité ! Et, pour les élus qui le soutiennent, c’est une crise de la responsabilité : on ne peut pas décemment laisser faire. « Les gueux sont tombés sur la tête », écrivions-nous à propos de cet élitisme (Genevois rien venir du 11 septembre 2018). Cette année, ce sont les dieux du temps qui ont marché sur la tête. Genève, métropole horlogère de référence internationale, se doit de faire rayonner l’horlogerie suisse à travers le monde et elle se doit d’avoir un Grand prix annuel de référence – mais pas à n’importe quel… prix !

•••• Article complet et détails sur cette édition 2019 du GPHG à lire dans Business Montres

GPHG, Grand Prix d'Horlogerie de Genève, prix moyen

Commentaires

  • Vous oubliez le "patrimoine (suisse)" ... et "quand on aime, on ne compte pas".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel