UA-68817146-1

16 décembre 2017

L'Union européenne se donne les moyens de piquer les montres suisses à la frontière

Sale temps pour les porteurs de belles montres suisses : un nouveau réglement européen les assimile à de l'« argent liquide », qu'il faudra donc déclarer si elles valent plus de 11 500 francs suisses. Et même moins parce que ça va se jouer « à la gueule du client »...

horlogerie, douanes, commission européenne, blanchiment


C’est le genre de réglementation bruxelloise dont la Commission européenne « oublie » de faire la promotion ! Des nouvelles dispositions européennes prévoient que les douaniers pourront confisquer, au passage des frontières de l’Union, toutes les sommes en liquide (même inférieures à 10 000 euros), mais aussi les montres et les bijoux. Alerte rouge pour la Suisse horlogère !

Quelques lecteurs ont attiré l'attention de « Business Montres » sur une information parue ces jours-ci sur un site non-conformiste suisse, Les observateurs.ch. D’abord, on se demande si on a bien lu – ce serait si énorme ! Puis on va quand même vérifier dans l’extravagant maquis des réglementations européennes et on découvre la pépite : une proposition de règlement du Parlement et du conseil relatif aux contrôles d’argent liquide entrant ou sortant de l’Union européenne (COM 2016 825 : à télécharger ICI). Alors, on se pince pour savoir si ce n’est pas un mauvais rêve : ce n’en est pas un puisque cette proposition vient d’être adoptée en commission et qu’elle devient donc applicable...

Pour résumer, mais chacun peut se reporter au texte intégral du réglement émis par la commission: non seulement les douaniers européens peuvent désormais saisir aux frontières [comprenez en entrant ou en sortant de Suisse, seul pays d’Europe intégralement « cerné » par les pays de l’Union] toutes les sommes en liquide supérieures et désormais inférieures à 10 000 euros, mais ils peuvent également confisquer les biens de luxe dont la valeur totale excèderait les 10 000 euros – c’est-à-dire les montres, les bijoux, les cartes de crédit prépayées et autres « valeurs » plus ou moins négociables. Ceci en cas de « soupçon d’activité criminelle », catégorie dont la définition n’est en rien précisée [même si on comprend qu’il s’agit là de lutter contre le blanchiment des capitaux et, encore plus flou, le financement du terrorisme »]. Ils peuvent aussi saisir ces montres et ces bijoux s’ils n’ont pas fait objet d’une déclaration administrative préalable pour franchir les frontières de l’Union. Ça semble bien parti pour compliquer la vie des porteurs de montres suisses [« marchandise servant de réserve de valeur très liquide » selon la Commission européenne, point n° 12 du règlement] ou celle des dames parées de beaux bijoux [même point n° 12]

Chacun se fera une idée de l’étendue des dégâts possibles en découvrant les termes de ce nouveau règlement, qui vient d’être officialisé. Pour la Commission européenne, tout ce qui a de la valeur devient de l’« argent liquide » et amorce illico un soupçon de fraude fiscale, de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme – selon des catégories parfaitement floues, non définies et applicables à la discrétion de la bureaucratie douanière,  surtout en l’absence de déclaration officielle obligatoire. Au-dessus ou au-dessous de 10 000 euros de valeur totale pour les biens de luxe transportés par une personne (billets de banque et objets de valeur personnels compris), il faudra déclarer. Ce qui est parfaitement arbitraire, totalement vexatoire et précisément ciblé sur les montres suisses : quel autre pays européen pourrait être ainsi concerné par les montres ou les bijoux de luxe ? Question connexe : quel voyageur d’affaires un peu à l’aise financièrement ne circule pas avec une telle valeur totale sur lui et ne devra pas faire une déclaration ? À commencer par les cadres des marques horlogères suisses...

Bref, avis aux infortunés (quoique fortunés) possesseurs de ces fameuses « marchandises servant de réserve de valeur très liquide » [donc les montres et les bijoux] : si vous estimez que vous avez sur vous plus de 10 000 euros de « valeur », sans parler de l’argent liquide [il est ici question de « valeur totale »], la déclaration est obligatoire. Sinon, vous serez en infraction (!). Comme les contrôles se feront « à la gueule du client », pour peu que vous ayez pour le douanier une tête de délinquant fiscal, de financier du terrorisme ou de lessiveuse d’argent sale, la « valeur totale » de ce que vous portez pourrait également être susceptible de déclaration ! De quoi décourager tout le monde de porter des montres suisses, dont chacun sait que la valeur moyenne est très élevée…

Aussi ahurissant que cela puisse paraître, la Commission européenne vient ainsi de planter un nouveau clou sur le cercueil des montres suisses, déjà suspectées des pires malversations sur leurs principaux marchés (notamment en Chine). Ceci au nom de l’intérêt général, des bons sentiments, de la lutte contre l’argent sale et, bien entendu, de la répression du terrorisme : qui, dans le camp du Bien et des honnêtes gens, pourrait s’opposer à telles considérations ? C’est le moment de se demander s’il vaut mieux être persécuté au nom du Bien et de la vertu, ou maltraité au nom du Mal : on vous laisse réfléchir là-dessus…

••• Texte intégral et détails : Business Montres du 16 décembre

Commentaires

De toute façon, se rendre en France avec une montre de plus de 10'000 francs, avec en plus une voiture immatriculée en CH, cela frise le masochisme...

Écrit par : Géo | 16 décembre 2017

Il faudra un jour réaliser que toute les grandes dictatures du 20eme siècle ont fait leur méaculpa et ne sont plus tolérées. Excepté l'UERS dernier bastion du pouvoir bureaucratique noyauté qui punit le succès et l'entreprenariat et passe le message qu'un "bon citoyen" comme on fait tout pour en avoir plus est soit un fonctionnaire soit un employé précarisé bénéficiant d'aides sociales.

Écrit par : K. Bereit | 16 décembre 2017

Et si on passe la frontière de l'EU avec sa voiture valant plus de 10'000 €, on risque de se la faire confisquer aussi ? Ce serait dans la même logique de dégénéré qui considère le citoyen prospère comme l'ennemi publique no 1. (encore que 10000 € ne demande pas d'être super prospère)

Écrit par : Eastwood | 16 décembre 2017

Du coup les indépendantes des divers pays européens me semblent un peu moins idiots.

Écrit par : Mère-Grand | 17 décembre 2017

Ça fait longtemps que je ne voyage plus avec une montre de valeur
Ma swatch suffit pour ne pas avoir des problèmes. Vu le vent qui tire bientôt on devra passer la douane sans votre voiture et tout nus.

Écrit par : Fornara Giorgio | 18 décembre 2017

Les commentaires sont fermés.