UA-68817146-1

01 février 2016

C’est toujours dangereux de jouer avec les allumettes (surtout au-dessus d’un tonneau de poudre)

Le plus dur n’est pas de presser le tube de dentifrice pour en faire sortir la pâte, c’est de remettre ensuite la pâte dans le tube. De même, quand on veut faire le buzz sur Internet et que ce buzz s’emballe, il est illusoire de prétendre l’enrayer. Un exemple « fumant » tout récent nous le démontre...

Gerard Depardieu, Cvstos, Russie


La jeune marque genevoise Cvstos n’a jamais eu froid aux yeux en matière de communication. C’est pour ça qu’elle s’est choisie un « ambassadeur » à l’épreuve des balles, Gérard Depardieu, que rien ne saurait atteindre et qui fait toujours le spectacle. Tout récemment, pour vanter les mérites de sa montre « Proud to be Russian » (« Fier d’être russe »), qui porte ostensiblement l’aigle à deux têtes des Romanov, Cvstos a filmé Gérard Depardieu en pleine campagne, fusil à lunette à la main, au-dessus de la dépouille d’un cerf.

« Pour fumer un cerf », nous explique le comédien en exil hors de France (« fumer », c’est tuer en argot), « il faut être à l’heure. Grâce à ma Cvstos, j’étais à l’heure ». Coup de menton vers le cerf : « Et lui, c’était son heure », précise-t-il en adressant un baiser au cerf mort, avant de se remettre à suçoter une cartouche. Conclusion de la séquence : « Proud to be Russian », en anglais – allez comprendre pourquoi ! Pas de quoi fouetter un chat dans cet humour de potache, filmé à la diable et diffusé en rigolant à l’avance du bon buzz qu’on va s’offrir, entre copains grâce à « Gégé ».

Sauf que le ramdam médiatique s’est emballé sur les réseaux sociaux, au point sans doute de gêner Gérard Depardieu : peut-être que ses nouveaux amis russes n’ont pas apprécié d’être mêlés à cette pantalonnade, qu’on pourrait très bien interpréter comme une parodie [involontaire, n’en doutons pas] des séances photo de Vladimir Poutine en chasseur, torse nu. Du coup, Cvstos a cessé de diffuser sa vidéo, devenue « privée » (non accessible) sur YouTube, sans pouvoir cependant enrayer la propagation virale de la publicité. Le fait même qu’elle soit désormais « privée » a piqué la curiosité des voyeurs, qui ont inondé les réseaux sociaux de commentaires aussi consternants que consternés…

Gerard Depardieu, Cvstos, Genève, Russie, cerf

Sur une chaîne spécialisée dans les vidéos horlogères comme Business Montres Vision, on frôle désormais les 130 000 « vues », alors qu'une telle vidéo n'aurait pas dû dépasser le millier. On peut trouver une ou deux dizaines de milliers d’autres « vues » sur les réseaux sociaux. L’information a été reprise par des centaines de sites francophones. 130 000« vues » en quelques jours, ce n'est plus un hasard, c'est un fait marquant de l'actualité : on a touché une corde sensible. Mais laquelle ? Pour le meilleur ou pour le pire ? Quand le buzz est tiré, il faut le boire ! Jusqu’à la lie quand il se fait soudain amer…

DERNIÈRE HEURE : la diffusion de cette vidéo a été interdite par Cvstos – qui avoue ainsi la gaffe en la transformant en faute stratégique ! On peut néanmoins la retrouver ICI...

Moralité : la communication est un métier. On ne joue pas impunément avec les affects d'une communauté de voyeurs numériques, toujours avides de voir les célébrités trébucher et les marques se planter. Comme la guerre selon Napoléon, le buzz est un art simple et tout d’exécution. On pourrait même ajouter que c’est même un art d’électrocution pour les maladroits qui n’en maîtrisent pas l’ampérage.

Un dernier détail : pourquoi cette information sur cette vidéo a-t-elle été aussi peu relayée par les médias suisses, alors qu’elle l’a été abondamment par les médias français, belges ou canadiens. Serait-ce de la pudeur, sinon de la gêne, vis-à-vis de la boulette commise par une jeune marque genevoise ? Serait-ce un réflexe de méfiance vis-à-vis des emballements de la Toile ? On se perd en conjectures...

Les commentaires sont fermés.