UA-68817146-1

03 juillet 2015

HERMÈS : Les crocodiles de la honte (comment on torture des animaux pour faire des sacs à main et des bracelets de montres)...

Sans son bracelet, une montre-bracelet est un des objets les plus prodigieusement inutiles qui soient. Si les montres ont tant d’importance dans nos vies quotidiennes, c’est aussi grâce aux bracelets qui les maintiennent à notre poignet. Autant dire que tout ce qui touche à ces bracelets doit nous intéresser. Or, vous êtes-vous posé la question de savoir d’où venaient ces peaux de crocodile ou d’alligator qui sont, nous dit-on, ce qui se fait de mieux en matière de bracelets en cuir. Une vidéo de la PETA nous donne un aperçu de ce qui se passe dans des « fermes à crocodiles » liées aux tanneries du groupe Hermès, spécialiste de ces peausseries de luxe, notamment pour ses fameux sacs à main Kelly ou Birkin

 

La PETA (People for Thical Treatment of Animals) est une ONG américaine qui a pris en main la protection des animaux. Tout le monde se souvient de ses campagnes contre les fourrures, qui ont fini par sinistrer ce marché. Le film tourné en caméra cachée dans ces « fermes » est insoutenable, par la cruauté des traitements réservés aux animaux comme par le mépris de toutes les règles éthiques en matière d’abattage et de souffrances infligées à des êtres vivants. Curieusement, ma maison Hermès se drape dans son silence, alors que l’industrie horlogère avait rapidement réagi, en 2010, quand un film télévisé sur les « reptiles de la honte » avait dévoilé dans quelles conditions fonctionnait le marché asiatique des peaux de reptile.

hermès, crocodiles de la honte, bracelets, alligator

Une telle vidéo est accablante pour une marque de luxe si soucieuse de son image et de sa respectabilité : ces images sont révoltantes et elles changent le regard qu’on pose ensuite sur ces somptueux sacs à main ou sur les bracelets de nos montres. Certes, l’espèce crocodilienne n’est pas la plus follement sympathique du monde animal, mais ces reptiles ont une conscience, un cerveau, une intelligence et des usages sociaux qui les élèvent très au-dessus du lombric. Un élevage, c’est théoriquement mieux qu’un prélèvement sauvage de Niloticus ou de Mississippiensis dans la nature, mais la course au profit n’excuse pas qu’on fasse très méchamment la peau à des animaux pour le seul plaisir de gainer notre bûcher des vanités d’écailles ostentatoires et de dépouilles statutaires. Les célébrités resteront célèbres sans ces sacs à main éclaboussés de sang et de souffrances…

hermès,crocodiles de la honte,bracelets,alligator