UA-68817146-1

22 septembre 2013

L'étrange fatwa islamiste qui interdirait aux hommes de porter une montre au poignet

Normalement, on devrait rigoler des pieuses fureurs d'un vieux prédicateur séoudien disparu il y a une dizaine d'année. Sauf que, malheureusement, avec le nombre de crétins qui sont aspirés par le rigorisme littéral des prédicateurs radicaux, il faut se méfier des textes qui circulent dans la mouvance salafiste. Hier, le foulard. Demain, la montre ?

 

montre-bracelet, salafisme, islam littéral,



Il faut d'autant se méfier des fatwas des uns ou des autres qu'elles semblent logiquement argumentées et qu'elles proposent un modèle cohérent de comportement aux « nouveaux convertis », indigènes ou allogènes. La condamnation des montres-bracelets tourne en ce moment sur les réseaux sociaux salafistes. Elle émane d'un certain Cheikh Hamoud bin Abdullah Al-Tuwaijri et elle vise le port de la montre-bracelet par les hommes.

Pour ce Cheikh Hamoud Abdullah al-Tuwaijri (1916-1992), « les montres-bracelets sont diaboliques » ! Ce sage séoudien de grande tente (tribu de Bakr bin Waa’il Batn), est de ces nombreux « docteurs de la foi » musulmans qui ont voué leur vie à vivre leur idéal et à commenter les écritures sacrées de leur religion. On lui doit une cinquantaine d'ouvrages, marqués un net conservatisme et par le souci de promouvoir un islam rigoriste. Il est enterré à Riyad, où sa mémoire est vénérée. De toute façon, ce ne sont pas les écrits théoriques de cet ultra-conservateur pieux et sans doute bon qui importent, mais leur exploitation contemporaine par les salafistes les plus intransigeants (littéralistes et revivalistes), qui utilisent aujourd'hui ses prédications pour mener leur guerre politico-religieuse contre le monde contemporain et contre notre système de valeurs.

Dans l'univers mental de ces missionnaires littéralistes (qui conçoivent la prédication comme un combat militant : Tablighi Jamaat), la logique est totalitairement binaire : chaque élément de la vie quotidienne a son importance, y compris les détails de l'habillement masculin ou féminin. La foi est totale, insécable et implacable. C'est ainsi que circulent des écrits du Cheikh Hamoud Abdullah al-Tuwaijri sur les montres, basés sur des sourates ou des paroles du prophète. Exemple : « Les hommes qui portent des montres à leur poignet, à la façon dont les femmes portent des bracelets, sont un phénomène diabolique. (...) Le Messager d'Allah – صلى الله عليه وسلم – a maudit les hommes qui imitent les femmes. (...) Celui qui porte une montre à son poignet cumule les imitations néfastes : il imite les femmes, il imite les Européens et il imite les ennemis d'Allah le Très-Haut, tout en imitant les habitants de l'enfer, parce que le fer [acier] est la parure des habitants de l'enfer » (texte arabe ci-dessous ; les chiffres – arabes – renvoient aux pages d'un livre de Cheikh Hamoud Abdullah al-Tuwaijri)...

montre-bracelet, salafisme, islam littéral,

Pas encore de quoi s'affoler et mieux vaudrait rire de cette fulmination salafiste d'un vieux sage arabe contre le symbole d'une modernité qui n'empêche pas les plus hautes et les plus ultra-orthodoxes autorités du royaume wahhabite (Arabie séoudite), ainsi que toutes les familles princières, de faire une consommation effrénée de montres-bracelets. Sauf que, précisément, cette fatwa anti-horlogère des salafistes devient un des éléments symboliques de la conquête des coeurs et des corps, un peu comme le « foulard » a pu l'être voici quelques années dans les sociétés européennes, jusqu'à ce qu'il devienne le marqueur le plus évident de la conversion et du respect des dogmes par les femmes.

On voit ainsi le texte ci-dessus repris en boucle sur les sites militants (Salaf-us-Saalih pour les prescriptions concernant l'habillement masculin, Masjid Tawheed wa Sunnah ou Sahab). Rien d'inquiétant, pour l'instant, mais, si la montre devient un enjeu dans la lutte « pour la promotion de la vertu et la prévention du vice » (texte ci-dessus), elle est trop visible et trop fortement sémaphorique (porteuse de signes) pour ne pas devenir un marqueur masculin aussi fortement signifiant que le foulard féminin. Demain, des barbus sans montre qui feront la chasse aux poignets avec montre ? La campagne qui s'amorce n'est de toute façon pas une bonne nouvelle pour l'industrie des montres...

••• Détails : Business Montres du 21 septembre.

Les commentaires sont fermés.