UA-68817146-1

04 novembre 2012

Les montres suisses à la poubelle ne choquent personne...

C'est beau, c'est grand, c'est généreux, la Suisse.

Je suis quand même épaté qu'une campagne de publicité suisse, financée par des fonds publics suisses, organise l'abandon dans une benne à ordures des montres, des horloges et des coucous suisses sans que personne ne proteste...

montre, tourisme suisse, CFF, Suisse Tourisme, vidéo


montre, tourisme suisse, CFF, Suisse Tourisme, vidéo

Pas de doute, ça se passe dans un paysage de carte postale suisse, avec des Suisses plus vrais que nature. On va tout jeter, on arrache les aiguilles des cadrans, on déranche les réveils, on va même démonter les horloges sur les quais des gares et on va clouer le bec des coucous dans les chalets. C'est tout juste si on n'assomme pas le coq qui aurait le toupet d'annoncer le matin...

Tout ça pour nous démontrer que la Suisse n'a plus besoin de tous ces objets du temps pour prendre son temps. Si on comprend bien la parabole (plutôt bien mise en scène), on s'interroge quand même sur la portée subliminable de cette campagne de publicité officielle, orchestrée par Suisse Tourisme dans dix langues, dont le russe et le chinois.

Que peut y comprendre le touriste de base, qu'il soit français, italien, allemand, russe ou chinois ? Que, finalement, pour les Suisses, les montres et les horloges n'ont aucune importance et qu'on peut les jeter à la poubelle...

Savoir qu'une partie des impôts, des cotisations et des taxes provenant des 45 000 employés de l'industrie des montres a servi à ça laisse apparemment tout le monde indifférent.

Savoir que les entreprises de la branche horlogère ont indirectement financé cette "demolition party", véritable autodafé de la fierté suisse, laisse rêveur : personne pour s'en indigner, ou, au moins, pour poser des questions.

Là, on pousse un peu loin le légendaire humour suisse.

••• Pour découvrir cette vidéo de Suisse tourisme, c'est ICI...

••• Pour un complément d'information, c'est dans Business Montres, qui a levé le lièvre...

Les commentaires sont fermés.