UA-68817146-1

17 août 2012

GENÈVE AIME-T-ELLE VRAIMENT SON LAC ?

images.jpeg

Les entraves bureaucratiques imposées à un des plus sympathiques projets nautiques de l’été (un téléwake tracté par câble) en disent long sur la vision non-lacustre des autorités...


 


Imaginez une sorte de téléski sur l’eau : c’est le téléwake, une sorte de câble qui vous permet de faire du ski nautique, ou plus précisément du wake board (mini-planche de surf) en étant tracté entre deux pylônes plus tôt que derrière un hors-bord.

Il s’agissait d’installer ce dispositif au bord du lac, à partir du Wake Sport Center qui se trouve à côté de Genève Plage : deux portiques provisoires (démontables) et un ponton (tout aussi provisoire et démontable) suffisaient.

932088_pic_970x641.jpeg

Avantages de ce téléwake : l’apprentissage est plus facile pour les débutants, qui peuvent pratiquer ce sport plus nombreux, mais c’est aussi moins coûteux qu’une vedette à moteur gourmande en essence – ce qui est meilleur pour l’environnement, d’autant que les câbles fonctionnent à l’énergie électrique. Les amateurs de loisirs nautiques y gagnent, la nature aussi, et même la réputation ludique des bords du lac. Que demander de plus ?

Ce sont justement ces arguments qui ont laissé totalement indifférents les autorités et la police genevoise. Pas question de tout ça ! Levée de boucliers des entrepreneurs (privés) qui se trouvaient derrière ce projet qui ne réclamaient.

Finalement, de tergiversations en complications bureaucratiques, les fonctionnaires ont fini par concéder une autorisation provisoire pour installer les deux portiques, mais pas le ponton : le téléwake fonctionne depuis hier et on s’y bouscule pour s’initier à un sport qui sera en compétition olympique dès 2020. Pas belle, la vie ?

Sauf que, évidemment, le 16 août est un peu tard pour faire une vraie démonstration : l'été se termine et la rentrée des classes est sans dix jours. Tant pis pour les plus jeunes ! Heureusement que le club, présidé par son créateur, Philip Lutolf, fête ses quinze ans ce week-end, avec une opération « portes ouvertes » qui devrait attirer du monde dans ce club, qui est, avec sa paillotte méditerranéenne et son ambiance, un des plus sympathiques bords du lac de la ville.

Ces cafouillages bureaucratiques laissent rêveur sur la vision des autorités concernant leur avenir nautique. Alors que les Fêtes ont affiché moins de retombées économiques que les autres années et que la ville comme le canton devraient se trouver de nouvelles raisons d’animer les bords du lac pour y attirer de nouveaux publics amateurs de nouveaux loisirs nautiques, on verrouille et on dissuade toute initiative privée un tant soit peu alternative, aussi attractive qu’elle soit.

terrasse_tropical_corner.jpeg

D’où la question : Genève aime-t-elle vraiment son lac ? Et inscrit-elle vraiment son avenir sur ses rives et sur leur dynamisation ?

 

 

Commentaires

J'ai vu cela. C'est vraiment une belle invention que ce telewake!
A suivre et à poursuivre et bonne chance dans le dédale bureaucratique...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 22 août 2012

Les commentaires sont fermés.