UA-68817146-1

13 octobre 2009

UN VRAI TRIBUN POPULISTE PEUT-IL PORTER DES FAUSSES MONTRES ?

StaufferMatin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eric Stauffer, vainqueur (avec le MCG) des récentes élections genevoises, parade avec une fausse Panerai au poignet : peut-on affirmer qu'on défend les emplois suisses et se rendre complice des contrefacteurs qui détruisent des emplois dans l'industrie horlogère ? Ceci n'est pas une prise de position politique, mais une simple question de bon sens et de logique : comment dit-on "faux et usage de faux" à Genève ?


Lundi, à la Une du "Matin" : le "raz-de-marée des anti-frontaliers", avec, en pleine page, une photo d'Eric Stauffer ravi d'avoir gagné huit sièges au Parlement genevois. A son poignet, impossible d'ignorer qu'il porte une grosse Panerai, marque "Swiss Made" du groupe Richemont...

Sauf que cette Panerai est une fausse, une contrefaçon grossière, une montre bidouillée, bref un de ces objets interdits à l'importation que les douaniers suisses traquent aux frontières. On pourrait imaginer que la mauvaise qualité de la reproduction en Une brouille les repères, mais, en page 5, une autre photo révèle qu'il s'agit bien d'une Panerai, puisque le bracelet porte la mention "Officine", première partie du nom officiel de la marque "Officine Panerai".

Rien de bien méchant en soi, sauf s'il s'agit d'un responsable politique particulièrement véhément dans la défense des emplois suisses qui seraient menacés par les frontaliers. Question de cohérence : peut-on à la fois s'afficher avec une fausse montre suisse, quand on sait que la contrefaçon détruit, en Suisse et ailleurs, des milliers d'emplois tout en enrichissant les réseaux mafieux et quand on se pose en héraut de la suissitude industrielle ?

Contacté ce matin, Eric Stauffer rigole beaucoup de cette histoire de fausse montre, qu'il ne nie pas ("C'est un cadeau") tout en se promettant de vérifier chez son horloger. Il avoue ironiquement : "De toute façon, les Suisses n'ont plus les moyens de s'offrir des montres suisses"...

Est-ce vraiment une raison pour se mettre en contradiction avec la loi et porter aussi ostensiblement une contrefaçon, quand on est un élu du peuple, responsable vis-à-vis des milliers de personnes qui travaillent dans l'industrie horlogère ?

 

(image ci-dessus : Sabine Papilloud, "Le Matin").

Lire aussi cette information parue dans BUSINES MONTRES (http://www.businessmontres.com/breve_1080.htm) : ERIC STAUFFER : le "populiste" qui popularise les fausses montres...

Commentaires

"De toute façon, les Suisses n'ont plus les moyens de s'offrir des montres suisses"

Et les Swatch, elles sont aussi trop chères pour Mr. S?

Écrit par : Nathalie Chaix | 13 octobre 2009

Cela fait penser à la chanson "Le faussaire" de Brassens. Un couzplet au hasard :

Se découpant sur fond d'azur
La ferme était fausse bien sûr,
Et le chaume servant de toit
Synthétique comme il se doit.
Au bout d'une allée de faux buis,
On apercevait un faux puits
Du fond duquel la vérité
N'avait jamais dû remonter.

Écrit par : Pierre Loriol | 13 octobre 2009

Si M. Stauffer veut en apprendre un peu plus sur l'industrie la plus importante de Genève je lui recommande mon site horlogerie-suisse.com.
Ça lui évitera de participer au financement de différentes mafias.
Merci pour les horlogers et tout les employés et pour les victimes potentielles des armes achetées avec les bénéfices de ces contrefaçons.
On parle de M. Stauffer car il est sur le devant de la scène mais il y a probablement d'autres élus qui ont ce genre de "bouse" au poignet

Écrit par : Cosandey Eric | 13 octobre 2009

Les patrons du MCG emploient 84% de frontaliers, Eric Stauffer circule sans permis et avec de fausses montres et en plus ça le fait rire, mais que fait la police ? Ah oui j'oubliais, elle est occupée à encaisser les amendes qu'il a du verser pour avoir posé son stand en toute illégalité durant toute la campagne électorale...
En fait les politiciens ont tort de s'inquiéter: si la sagesse populaire ne suffit pas à l'arrêter, il suffit d'attendre qu'il commette la connerie de trop qui le mènera tout droit en prison... Sans passer par la Tour Baudet !

Écrit par : Séraphin Lampion | 13 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.