UA-68817146-1

06 octobre 2008

GRANDS CHEVAUX

DSC02587.jpgCes Genevois ne cessent de m’épater.

Hier, si j’étais resté Parisien, j’aurais été faire un tour au Salon de l’auto. Qu’ai-je fait de ce dimanche genevois ? Un tour dans un Salon de l’auto de format cantonal, comprenez Geneva Classics 08 (Palexpo), où se mêlaient allègrement voitures vintage, avions des premiers fous volants et canots automobiles. Sans oublier les inévitables vitrines horlogères : les manufactures Jaeger-LeCoultre, Chopard, Girard-Perregaux, Audemars Piguet, Porsche Design et même Horus [la première « manufacture » de montres jamais installée à Monaco] avaient tenu à démontrer leur cousinage avec les belles mécaniques.

Ce week-end, la planète automobile vivait à Paris dans le grand frisson des énergies hybrides, en donnant au monde entier des leçons d’écologie pas forcément probantes.

Au même moment, Genève s’offrait une bouffée de nostalgie pour les grosses américaines chromées miroir, les Bugatti d’avant la crise et plein de charmantes vieilles dames de la route, toutes très gourmandes en indice d’octane et très amoureuses de nos pompistes.

A Paris, les voitures « vertes ». A Genève, les bolides rouges, grâce à une remarquable série de Ferrari de l’âge d’or…

Le moins qu’on puisse dire est que les Genevois n’ont pas un rapport très simple avec leurs voitures. Genève est sans doute la capitale mondiale de la voiture de luxe, qu’il s’agisse d’insolents 4 x 4, de sportives allemandes ou d’anglaises de haut lignage. On y croise d’imposantes berlines blindées, immatriculées au Proche-Orient : on doute qu’elles aient jamais été garées sur d’autres trottoirs que ceux de Genève [c’est plus facile avec des plaques d’immatriculation emirati, la ville de Genève semblant dépourvue de préposés arabisants pour taxer ces limousines].

La « belle bagnole » est, à Genève, la cabine privilégiée de l’ascenseur social. Pour exister au volant, il faut du long capot, du lourdement cylindré et du millésimé de l’année. Avoir du répondant, c’est en avoir sous la pédale d’accélérateur…

Ici, on aime tellement les voitures qu’on fait tout pour les admirer en ralentissant la circulation, et tout pour les retenir en garrotant les voies qui entrent et sortent de la ville. Plusieurs heures par jour, pour passer d’une rive à l’autre, on va plus vite en Mouette qu’en voiture.

Un plan de circulation aberrant en centre ville : la liberté de conduire sans la liberté de rouler ! Des gros moteurs qui hurlent d’impatience, avec des radars partout où il est possible de piéger leurs conducteurs.  Des feux qui repassent par l’orange pour qu’on démarre plus vite quand le vert est mis, assortis de couloirs de circulation qui zigzaguent en désordre entre les sens interdits. Des rues qui se rétrécissent sans prévenir et qui se mêlent par instants aux lignes de tramway, jusqu’à transformer certains quartiers en cauchemar pour les non-initiés…

Avoir une voiture pour être quelqu’un, monter sur ses grands chevaux pour avancer au pas, pouvoir accélérer sans savoir où se garer, brûler de l’essence pour éteindre ses éraflures d’amour-propre : complexité des mœurs automobiles genevoises…

Ne jamais klaxonner d’impatience. Respecter courtoisement les règles de la ciculation. S’indigner des « voitures poubelles » [généralement immatriculées… 01 ou 74, je sais !]. Payer ses contraventions. Supporter héroïquement les feux rouges les plus lents d’Europe. S’arrêter systématiquement devant les piétons qui traversent. Séductions locales de la morale au volant…

C’est pour ça que les Genevois sont formidables.

Commentaires

Je suis d'accord sur la plupart des choses sauf....ques les poubelles, comme vous dites, nes sont plus des 74 ou 01 mais bien des GE, ouvrez vos mirettes et regardez autour de vous quand vous vous baladez à Genève. Vieille BMW de 1980 qui ont eu leurs heures de gloire... vieilles poubelles d'entreprise GE et vieille golf des années 80... la France voisine a renouvellé son parque automobile grâce à des actions spéciales anti-poubelles. Le garage Audi à Annemasse s'est agrandi et triplé ses ventes ces dernières années... Ne confondez-pas les Ranche Rover et les Porsche qui roulent à Genève et qui n'appartiennent pas aux Suisses, mais aux riches venus d'ailleurs pour profiter du "forfait fiscal" !

Écrit par : Café | 07 octobre 2008

Désolé, mais j'ai bien le sentiment inverse : beaucoup de marques F sur les "poubelles".
Et j'ai bien l'impression de voir proportionnellement beaucoup plus de 911, de Cayenne, de Q7 ou de Range en Suisse qu'en France, et avec des Suisses au volant. Il suffit de regarder les parkings des entreprises romandes pour comprendre. Et d'écouter les lamentations anti-radars dans les dîners genevois : ce sont des permis de conduire Swiss Made qui sont suspendus !

Écrit par : Paris-Gnèève | 07 octobre 2008

Le klaxon est bien de mise, à Genève, cher Parisien de Genève, surtout quand il s'agit de voitures poubelles - ou simplement Peugeot - immatriculées 01 ou 74. Enfin, depuis quelques années, cela s'est calmé.

Écrit par : R.M. | 07 octobre 2008

je crois sincèrement que les Genevois ne connaissent pas leur bonheur auditif côté klaxon, comparé à Paris, à Marseille (pire) ou Milan (pire que pire)...
Même quand on est perdu (fléchage inexistant) et qu'on gêne la circulation, je trouve les Genevois particulièrement courtois et patients.

Écrit par : Paris-Gnèève | 07 octobre 2008

Paris-Gnèèv'

Précisément c'est bien ce que je dis, mais savez-vous que ce n'est pas parceque l'on a des plaques Suisses et un permis de conduire que l'on est de nationalité Suisse. Ce que je dis c'est que ce sont souvent des Français rescapé du fisc français. Dès qu'ils viennent en Suisse leur permis de conduire est immédiatement changé pour un permis de conduire suisse. Ce sont souvent des habitants de Cologny, Vandoeuvres, Conches etc... Pour votre information, Genève compte 30% d'étrangers. A Genève, nous avons d'ailleurs une belle panoplie de sportifs français entre autres... car dites-vous bien que la population moyenne genevoise n'est pas aussi dorée que vous semblez croire...

Écrit par : Café | 07 octobre 2008

OK pour les 30 % dont moi, mais le chiffre me paraît assez élevé...
C'est précisément ce qui est intéressant, ce mélange original (et sans doute unique au monde) d'indigènes et d'allogènes qui se fondent dans un culture à peu près commune, largement influencée par les valeurs traditionnelles de la culture genevoise.
J'ai quand même du mal à penser que toutes ces voitures de luxe sont uniquement regardées par des Suisses (pour le coup stoïques dans l'adversité et remarquablement conciliants), alors qu'elles sont conduites par des Français, émigrés fiscaux et frimeurs sociaux...

Écrit par : Paris-Gnèève | 07 octobre 2008

En tous les cas, je vous souhaite la bienvenue à Genève. Mais, je pense que vous êtes fraîchement arrivé et vous n'avez pas encore eu le temps de vous frotter à la population locale...type Mouvement Citoyen Genevois, qui hait tout ce qui vient de l'Union Européenne et qui hait tous ceux qui viennent piquer le boulot des pauvres Genevois. Je vous conseille de lire les blogs haineux contre tout ce qui est "frouze" et ces sales français qui font monter le chômage à Genève... Etes-vous au courant que la Suisse va prochainement voter pour savoir si oui ou non la Suisse va reconduire les accords bilatéraux et que de nombreux Suisses vont certainement voter contre ces étrangers qui viennent comme cadres et laissent les boulots de M.... aux Suisses. Vous savez, la seule chose qu'il y ait en commun avec la France, c'est la langue... pour le reste vous aurez le temps de faire vos propres expériences.

Pour ce qui est des exhilés fiscaux, il n'y a pas que des Français, type Schumacher, etc...sans parler de tous ces industriels qui ne font pas la une des journaux.

Écrit par : Café | 07 octobre 2008

Merci pour ces voeux de bienvenue.

Je dois dire que je n'ai pas encore senti la moindre "haine" contre ma très modeste irruption dans le champ genevois, où je suis évidemment loin d'être un réfugié fiscal... Mais je ne lis pas tous les blogs anti-frouzes primaires !

Si ça devait prendre la tournure xénophobe dont vous parlez, je crois que j'aurais toujours la possibilité de demander l'asile politique à la... France !

Écrit par : Paris-Gnèève | 07 octobre 2008

... vous êtes certainement le "bouc-émissaire idéal" d'Eric Stauffer président du MCG. Je vous conseille d'aller lire ses blogs, surtout son manifeste contre les Européens qui débarquent à Genève. Il demanque à ce que les employeurs n'engagent dorénavant que des Suisses ! Il estime (ainsi que beaucoup de Genevois) que les Français font du dumping salarial et qu'ils acceptent des salaires plus bas afin de se faire engager et ainsi souffler les postes aux Suisses.

N.B. liste No. 9 des prochaines élections.

Écrit par : Café | 08 octobre 2008

N'étant pas citoyen de Genève et n'y votant pas, je n'ai donc pas à me prononcer sur l'action d'Eric Stauffer, qui me semble effectivement assez remonté, non pas contre les Français en général, mais à propos des problèmes posés par l'afflux (d'ailleurs) des Français à Genève. Petite nuance, renforcée par le fait que ce M. Stauffer est très remonté contre tout le monde et qu'il semble réserver aux institutions genevoises l'essentiel de ses missiles.

Maintenant, d'un strict point d'observateur extérieur, il me semble plutôt sain qu'il y ait un vigoureux débat démocratique dans une cité d'hommes libres, où toutes les opinions doivent s'exprimer avec clarté, sans langue de bois.
La France souffre trop d'une sournoise "police de la pensée" pour que je m'indigne que des Genevois s'expriment sans détour et sans camoufler leurs idées dans un quelconque chewing-gum idéologique. Au moins, avec des élus aussi éruptifs qu'Eric Stauffer, on sait à quoi s'en tenir. A chacun, ensuite, de faire ses choix politiques, en prenant conscience que cette liberté de penser et de choisir est un privilège inouï sur cette planète...

Écrit par : Paris-Gnèève | 08 octobre 2008

Café, vous savez bien qu'une frange importante de Genevois méprisent les Français proches, les Savoyards ou apparentés (y compris les Vaudois, parfois), tout en ayant un respect parfois obséquieux pour les Parisiens, les Français de la grande tradition, comme on dit. Hugo a même critiqué la tendance des Genevois à imiter Paris, sur le plan architectural. Il existe des Genevois différents, mais les Français qui arrivent avec du capital et du prestige ne sont pas trop mal vus, à Genève. Les Genevois eux-mêmes sont la plupart du temps d'origine française ; ou quand ils sont d'origine française, ils le font valoir. Et même quand ils sont d'origine savoyarde, ils disent que cette origine est peu probable, et qu'il s'agit probablement d'une origine française.

Écrit par : R.M. | 08 octobre 2008

(Cela dit pour les familles en vue, de Genève même : de la ville.)

Écrit par : R.M. | 08 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.